Appel de collaborations – Kaléidoscope hiver 2016

Appel de collaborations

Kaléidoscope – vol 3. No 3 – Hiver 2016

 

Grandeurs (surtout) et misères (aussi)  du  pouvoir collectif

 

Depuis  la rencontre du 28 octobre,  le travail se poursuit pour penser Kaléidoscope  autrement. Des anciens et des nouveaux, des vieux et des jeunes ouvrent ensemble de nouvelles voies pour répondre de façon moderne et efficace aux besoins d’information des acteurs du développement collectif.  Un vent frais et dynamique! Suivez-nous!    Mais surtout, soutenez-nous! Sans votre soutien, sans votre appui, nous n’y arriverons pas.  En attendant, on travaille déjà au prochain numéro.

 

Le pouvoir collectif a toujours existé. Il fait partie de la vie et est même essentiel à la survie.  Et pas seulement pour les humains, pour les mondes végétal et animal aussi. Mais, côté humain, il a profondément évolué au cours de l’histoire de l’humanité.

 

Que représente le pouvoir collectif au Québec en 2016, au-delà du pouvoir formel des  instances démocratiques établies? Quelles sont ses forces, ses faiblesses? Collectivement, quel type de pouvoir pouvons-nous exercer? Pouvoir d’influence? Pouvoir de dénonciation? Pouvoir d’action? Pouvoir d’organisation?

Dans quels champs ce pouvoir collectif  a-t-il le plus de chances d’avoir une incidence? Environnement? Luttes sociales? Défenses des droits? Prise en charge de ses conditions de vie? Et comment?

Ce qu’on appelle l’empowerment est-il la manifestation la plus actuelle, la mieux adaptée à la société actuelle? Et qu’en est-il de l’exercice du pouvoir collectif à l’ère des médias sociaux? Et du côté sombre du pouvoir collectif?

Vaste sujet, s’il en est un!  Vous aimeriez partager vos réflexions sur le pouvoir collectif? Témoigner de vos expériences? Faire valoir des initiatives novatrices d’ici et d’ailleurs?

Kaléidoscope attend vos propositions. Si on ne peut s’engager à toutes les retenir, soyez assurés que nous les étudierons toutes. Le choix se fera essentiellement en fonction de leur capacité à bâtir un numéro serré, cohérent et vivant, un peu comme, sous la baguette du chef, un orchestre harmonise chacun des instruments, pour rendre le meilleur d’une symphonie.

Suzanne Lalande

Coordonnatrice et rédactrice en chef


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *